Test

Le spécialiste des sports de montagne !

  1. Accueil
  2. Nos Guides
  3. Ski
  4. Matériel de ski
  5. Comment choisir ses peaux de phoque pour le ski de randonnée ?

Comment choisir ses peaux de phoque pour le ski de randonnée ?

Choisir ses peaux de phoque pour le ski de randonnée

Tous ceux qui pratiquent la randonnée nordique le savent, quand on fait de longues balades à skis dans des paysages aux reliefs variés, il est important de disposer d’un bon système d’accroche (le fameux effet anti-recul, essentiel dans les montées). Mais sans compromettre pour autant l’efficacité de la glisse… Un délicat équilibre, donc, qui tient dans le choix de peaux de phoque appropriées à votre profil et à votre expérience de randonneur.

Quelle est l’utilisation des peaux de phoque ?

Se fixant à la semelle des skis, les peaux de phoque permettent à ces derniers de bien adhérer à la neige, en particulier lors des remontées, pour empêcher le randonneur de glisser vers l’arrière. Les peaux de phoque complètent donc l’action des écailles, des micropores ou du fart de retenue dont sont généralement équipés les skis de randonnée. Idéales aussi bien pour les débutants, auxquels elles épargnent les efforts supplémentaires, que pour les skieurs de compétition, elles soulagent également l'effort de ceux qui sont amenés à transporter de lourdes charges sur leur dos. Pour mettre vos peaux en place, vous devrez vous familiariser avec leur système de collage, qui est toujours renforcé par une accroche. Les types de peaux de phoque proposés sur le marché divergent tant au niveau de leur matériau de fabrication que de leur système de fixation. Nous vous en disons plus pour vous aider à trouver le modèle adapté à vos exigences personnelles.

Quels sont les différents types de peau de phoque ?

Traditionnellement, les peaux de phoque sont assemblées à la semelle du ski avec de la colle (selon une méthode utilisée depuis la nuit des temps). Cependant, de nos jours, de plus en plus de fabricants proposent des peaux autocollantes, un peu moins économiques mais beaucoup plus fonctionnelles.

Les peaux à colle

Si elles constituent un système de fixation extrêmement fiable – à condition de les vérifier aussi souvent que nécessaire et de les ré-encoller au besoin – les peaux à colle sont plutôt recommandées pour les skieurs professionnels ou ceux qui pratiquent la randonnée à un rythme régulier. Elles comportent en effet plusieurs inconvénients : la procédure d’encollage nécessite une certaine dextérité, de même que l'entretien des peaux : après usage, elles doivent être positionnées séparément sur des filets de protection. Un faux geste, et les voilà collées l’une à l’autre… et inutilisables.

Les peaux autocollantes

Beaucoup plus maniables, les peaux de phoque autocollantes sont davantage adaptées aux randonneurs occasionnels ou aux skieurs débutants. Les peaux sont recouvertes d’une pellicule siliconée qui crée un effet ventouse avec la semelle du ski, à laquelle elle adhère solidement. Une fois ôtées, les peaux autocollantes ne s’attachent pas aux doigts et supportent même un léger nettoyage à l’eau tiède avant d’être rangées. Vous n’aurez qu’à les rouler et les glisser dans votre blouson ou dans votre sac pour en avoir toujours une paire sur vous.

Quels sont les différents types de fibres et leurs avantages ?

Autrefois, comme leur nom l’indique, les peaux de phoque étaient en… phoque, animaux du Grand Nord dont les poils durs et ras constituaient un excellent système anti-recul pour les ascensions à skis. Aujourd’hui, trois types de peaux s’offrent à vous.

Les peaux en mohair

Provenant des alpagas – chèvres asiatiques de montagne – le mohair est une laine réputée pour sa qualité, qui présente plusieurs points forts. En effet, les peaux de phoque en mohair sont presque aussi efficaces en avant qu’en arrière, assurant une glisse optimale ainsi qu’un bon effet anti-recul. Leurs performances sont toutefois plus faibles dans la neige dure, où elles tendent à botter, c’est-à-dire à accumuler des amas de neige. De plus, elles sont fragiles et sujettes à l’usure. Ce qui ne les empêche pas d’être les chouchoutes des professionnels.

Les peaux en synthétique

Dotées de poils plus épais et plus résistants, les peaux de phoque en synthétique présentent le double avantage d’être bon marché et d’offrir une bonne résistance aux frottements. En somme, vous les payez moins cher et les gardez plus longtemps. Toutefois, si les peaux en nylon ont d’excellentes qualités d’accroche, elles peuvent compromettre la qualité de la glisse.

Les peaux mixtes

Associant le mohair (environ 70%) au nylon (30%), les peaux de phoque mixtes proposent un compromis particulièrement approprié aux débutants. En effet, la fragilité de la laine est compensée par la densité et la robustesse du nylon. Souple, le mohair favorise la glisse, tandis que l’accroche est garantie par les fibres synthétiques.

Quels sont les différents systèmes d’accroche ?

En plus de la colle ou de la silicone pour faire adhérer la peau de phoque au ski de rando, la fixation de l'ensemble est renforcée par un système d’accroche qui peut être de quatre types :

  • avec un étrier en métal ou en plastique, qui fixe la peau à l’avant du ski, sur la spatule ;
  • avec un tendeur au talon : placé à l’arrière, le tendeur complète l’étrier positionné sur la spatule avant. Cette association présente l’avantage d’assurer une fixation optimale, précieuse lors des longues randonnées, mais s'avère toutefois plus lourde à supporter pour le pied du skieur ;
  • avec un insert : certaines marques de skis remplacent l’étrier sur la spatule avant par un insert, qui se fixe au même endroit, dans un espace conçu sur mesure. La fixation est d’une efficacité imparable et le ski y gagne en légèreté ;
  • avec un tendeur rapide : comme son nom l’indique, ce système, qui consiste à tirer un tendeur pour fixer la peau, est extrêmement rapide à défaire. Privilégié en compétition, il permet au skieur d’ôter la peau sans déchausser. Attention, seules quelques marques de skis sont compatibles avec un tendeur.

L’achat de peaux de phoque : au mètre ou prédécoupées ?

Pour un maximum d’efficacité, vos peaux de phoque doivent être taillées à la mesure de vos skis. Sauf si la marque de ces derniers correspond à des modèles prédécoupés, auquel cas vous n’aurez pas à vous soucier des dimensions, prenez soigneusement vos mesures avant de faire votre achat. Relevez :

  • la largeur du patin : il s’agit d’un élément fondamental. En effet, une peau trop large pourrait recouvrir la carre, compromettant l’accroche du ski dans la neige. Trop étroite, elle ne remplirait pas son office. Toutefois, si vous ne trouvez pas de peau de phoque dont la largeur corresponde exactement à celle du patin, mieux vaut la choisir plutôt large qu’étroite, de façon à pouvoir la redécouper.
  • la longueur du ski, du patin au talon : la peau doit pouvoir se fixer sur la spatule avant et s’étendre jusqu’à environ 10-15 cm du talon.

Selon ces dimensions, vous pouvez soit opter pour des peaux de phoque prédécoupées que vous n’aurez besoin que de retailler un peu pour les adapter à vos skis, soit pour une peau de phoque au mètre. Dans ce dernier cas, prévoyez tout de même 5 cm de longueur de marge (que vous redécouperez au besoin) et, comme précisé ci-dessus, une largeur ou équivalente ou supérieure à celle du patin.

En conclusion, les peaux de phoque qu’il vous faut sont celles qui sont adaptées à votre pratique de la randonnée :

  • si vous êtes un compétiteur (professionnel ou amateur), misez sur des peaux de phoque en mohair ou mixtes, à colle et avec tendeur rapide ;
  • randonneur expérimenté et régulier, vous possédez sans doute le doigté nécessaire pour manipuler des peaux de phoque à colle également, et pouvez vous orienter vers une fibre mixte, avec un étrier ou un insert sur la spatule avant comme système de fixation ;
  • pour un randonneur occasionnel ou débutant, mieux vaut une peau de phoque autocollante pour vos débuts, ainsi qu’une accroche avant. En revanche, vous pouvez miser dès le départ sur une peau de phoque de qualité, en mohair ou mixte, qui vous permettra de meilleures performances.

Toutes nos peaux de phoques